Vacances 2011

BILD0014

Publicités

Samedi 8 mai. Fête de la tulipe et des potiers, Morges

Une balade « plein les yeux » par un des rares jours de mai sans pluie!

BILD3956

Les 8 et 9 mai 2010, les potiers (les meilleurs!) ont exposé leurs oeuvres dans le parc de l’Indépendance à Morges. En même temps, les arbres aux feuilles toutes fraîches écloses et les tulipes aux multiples couleurs formaient un cadre magnifique.

BILD3960

BILD3973BILD3976
Deux « dames » très différentes…

BILD3984
Le sage

BILD3981
Le voyage de noces. Les rhinos peuvent rouler sur leur char ou encore, et c’est là que l’hélice est importante, s’héliporter: ce sont les dires de l’artiste!

Meadows in the sky

Un endroit en Colombie Britannique qui nous a fascinés en particulier: « Meadows in the sky », Sky Parkway, Mount Revelstoke National Park of Canada. Juste à la limite des arbres les conifères canadiens Canadian and Douglas Fir sont super hauts et minces par rapport à nos sapins suisses. En hiver la neige est abondante dans cette région (plusieurs mètres!).

Sapin noel comprime

Technique mixte acryl modifiée électroniquement. Original 30 cm x 40 cm

J’ai peint ce petit coin de paradis pour Noël. Il s’agit d’une interprétation d’une photo prise pendant nos vacances: Photo meadows in the sky

Vous pouvez aller voir encore d’autres photos, par ex: Meadows-in-the-sky-im-Revelstoke-Nationalpark

texte de jo

La carte geographique google : ZiCo tour map
Le blog en allemand : Blog Canada 2009

Notre site : Site ZiCo
Canada du 23 août au 13 septembre 2009


Le temps d’un voyage…

Déjà sur le ferry « Inside Passage » qui nous prend à Port Hardy , longe la côte ouest – mais pas en pleine mer comme le nom nous l’indique – et nous lâche à Prince Rupert.

Avant, les premières journées avaient été intenses. On a débarqué de l’avion à Vancouver, BC par beau temps et ce dernier ne nous a pas lâché de tout le voyage. Le vol s’est bien passé, un petit tour en skytrain et nous voici à l’hôtel ramada limited downtown oû nous déposons nos bagages. Premier petit tour de ville et nous découvrons « Gastown » par hasard.

Le lendemain nous grimpons au Lookout et nous admirons la ville d’en haut. Nous nous rendons, à pied svp, à Granville Island, marché public avec sa propre brasserie et plein de galeries et boutiques intéressantes. En allant : se retourner et admirer la skyline depuis ce côté !

La nuit est courte puisque nous prenons le bus Greyhound à 05h 30 officiellement. En fait à 05h20 il est déjà parti pour Horseshoebay. Aujourd’hui, en route pour Port Hardy au nord de l’ile de Vancouver, où il n’y a pratiquement rien…

On se lève très tôt pour notre programme mais cela vaut la peine de lever l’ancre au lever du soleil : c’était magnifique. Après cela les brumes matinales et maintenant, sur le pont avec une légère houle, histoire de rappeler que nous voguons, nous passons de petites îles avec le soleil revenu !
Quelle journée fantastique, quelle incroyable nature, un moutonnement de forêts épaisses, des sommets plus hauts, de la neige (Coast Mountains). La première baleine jette son panache d’eau : 2 ou 3 fois et lorsque la nageoire caudale s’élève, elle plonge et disparaît ! Nous en avons vu beaucoup, la dernière juste avant le Granville Chanel, tout près du bateau, pas très grande, grise : il y a tellement de forêt, assez pour les ours qui n’ont vraiment pas assez de place en Suisse ! A part cela, des oiseaux, des poissons sauteurs… Il fait super beau temps et maintenant que nous avons trouvé nos lits, hop un whisky-cola et rrr.

Le 28. 08 : Prince Rupert : fine small city. Musée of North BC: très beau: contact avec la culture indienne, totems, graphismes, habits d’apparat : une robe rouge pleine de boutons de nacre, des paniers tressés très fins, des ornements de tête et aussi un chapeau de cérémonie en bois, décoré de motifs indiens noirs et rouges. L’après-midi : Old Cannery Village : conserverie de saumon, restaurée comme musée national : ils ont encore à faire. Le bus se fait attendre ; Detlef filme le train marchandises de XXX km de long. Le soir : Fish & chips chez Smike. A l’ancre : un immense bateau croisière, la « Norwegian Pearl », qui emmène en une semaine les touristes depuis Seattle jusqu’en Alaska et retour (nous avons rencontré 2 dames au restaurant, avec qui nous avons discuté).

29. 08 : Skeena line, Prince Rupert-Prince George : Passage près de la conserverie, toute sirène hurlante, on suit la rivière Skeena. Peintures sur le roc et : vol d’un aigle : enfin j’en vois un ! Il paraît que les castors pullulent par ici : difficile à voir du train ! Nature sauvage à part route et ligne du train qui suivent le fleuve. Le soleil levant miroite sur l’eau, il y a des pierres polies, des pêcheurs sont là. Difficile d’écrire et de dessiner : le train oscille constamment, roule lentement, 1h et 15’ pour 76 km ! la Lady, de son nom Tracy, qui accompagne le train fait tout : commentaire touristique, buffet roulant, contrôleuse, indications concernant le train….and more. La corne ou le klaxon du train rythme le voyage : accord tierce long et répété : tuuut-tut-tut-tuuut ! Nous passons les Coast Mountains en suivant la rivière Skeena. Arrêt à Terrace 20’. Quelques tunnels + 1 canon puis une vallée un peu large. Un oiseau (big !) vole en parallèle. La voisine (côté montagne) vient s’asseoir un moment. Detlef discute… Nous avons la chance d’avoir des places du côté intéressant et, en plus à 4 sièges pour nous deux, avec table ! Nous passons Doreen: quelques maisons en pleine forêt. Nous atteignons le point le plus au nord, traversons la Skeena, la quittons pour le Bulkley Canyon. Le train accélère : çà redescend, Smithers : station de ski, 5000 habitants, 25’ d’arrêt pour se dégourdir. Juste avant, nous avons admiré le glacier Kathlyn (Hudson Bay Mountain). De la forêt, encore et toujours, quelques Farms, le fleuve, la rencontre des rivières, de la forêt : soudain 2 caribous, immenses bêtes au loing : instant fugitif car le train roule. J’attends l’ours !… Enfin Burns Lake et un peu après un petit « mutz » presque noir qui se promène. Un trajet longeant de longs lacs, bientôt 5 pm, le soleil descend, belle lumière ; industrie du bois bien visible : hauts fourneaux, tas de bois… Bois de bouleaux, prairies et blé, bord de rivière Fraser : grande plaine. Nous sommes à Prince George.

29.08, Prince George-Jasper : Ce matin, départ à 10h30. Je cherche vite une boulangerie : on me dirige vers la meilleure : elle est allemande ! Malheureusement pas le temps de trainer au marché, on embarque, on se prend nos mêmes places que hier. Même topo : rivière Fraser, des lacs, des forêts. Tout à coup sur l’arrière et je suis la seule à le voir : un ours noir : crossing the road, il disparaît aussitôt. Halte à Penny : livraison de la poste : 3 maisons perdues dans la forêt. On suit toujours Fraser River ( branche supérieure). Hop on s’engage, s’élève vers les Rockies en laissant les Cariboo Mountains derrière nous. Et le voici : fabuleux Mont Robson, encapuchonné de neige. Tout le monde se bat pour les photos par la portière, le train fait du 10 à l’h, exprès… ! De nouveau la forêt mais les conifères ont remplacà les bouleaux ! (jusqu’à présent pas vu d’érables ?!). Voici Moose Lake. Le Xème train de marchandises avec double container nous croise…Où la la, on arrive à 18.00 à Jasper alors que l’horaire dit 19h15 : ce n’est que le lendemain que nous réalisons : changement de fuseau horaire c’est-à-dire une heure de moins de sommeil. Après avoir traîné (c’est le mot !) nos valises jusqu’au Tonquin Inn, on se prend un bon souper au resto. Le lendemain, Detlef filme un vol d’oies sauvages au lever du soleil. On profite aussi de la piscine et du Wirlpool avant de déjeuner et de partir chercher notre véhicule. Jusque là tout va bien mais après : voucher non valable, voiture décommandée, énervement et coups de tél. côté Detlef, etc, etc. Finalement, vers midi, nous somme en possession d’une immense Nissan Pathfinder (au choix on avait une Ford, mais qui devait encore passer au nettoyage, donc perte de temps !) et nous partons pour le Maligne Canyon, Medecine et Maligne Lakes. On rerencontre la zuricoise du train…). Beaux endroits. Ensuite, départ pour la plus belle route du monde : Icefield Parkway 93, qui traverse les parcs nationaux de Jasper et Banff : Athabasca falls, Sunwapta falls : impressionnant. Le prix du « Resort » aussi ! Nous renonçons au « dinner » et pique-niquons sur le balcon de notre « chalet » (cabin). Notre voiture est grande, on abaisse tous les sièges arrières pour voir : opération compliquée mais réussie : et si on s’achetait un matelas pneu et une couvrante, on pourrait dormir dedans !!!

Columbia Icefield : Glacier de l’Athabasca : on n’a pas pu mettre pied dessus comme moi autrefois : tout est barricadé : danger, danger. C’est comme l’ours : mais mieux ne pas en avoir vu que de se trouver en face ! Les marques de 1992/1982/…- pour moi, c’était en 1973 – montrent le recul du glacier : il n’y avait pas besoin de monter à sa rencontre. Nous poursuivons, voulons noua arrêter à Lake Louise mais ratons la sortie : ce sera pour demain. Entre LL et Banff, nous dénichons une super petite HI. Son patron, Toni, vraiment sympa. Nous dinons à Banff, achetons un matelas pneumatique.

Mardi 1.09 : Lake Moraine, Lake Louise, Golden. L.M. est fantastique avec son « Rockpile » et ses couleurs turquoises… Lake Louise avec son Palace Fairmont : immense.

277

On s’achète une couverture au village. On visite au passage l’endroit où le chemin de fer prenait trop de pente et ils ont construit des tunnels comme au Gotthard et ensuite le « Natural Bridge » : en fait encore une chute mais qui passe sous un pont de rochers, le Lake Emerald. Arrivés à Golden, il pleut pour la première fois, mais ça passe. Camping municipal : un trou à moustique.

Mercredi 2.09 : Parcs nationaux des glaciers (col Rogers + de Revelstoke). On fait une balade à l’endroit où le train faisait des « boucles » (loops). Il reste des piliers. La ligne n’avait pas résisté à la neige. Plus loin, on entre dans une impressionnante forêt de cèdres multi-centenaires, également un tour reposant. Plus loin encore, le parc du Mont Revelstoke avec ses meadows in the sky, Vue sur les chaines de montagnes tout alentours. En redescendant, nous rencontrons 2 canadiennes de Revelstoke, Laurel et Cynthia, et les prenons en stop. Elles proposent de dormir à côté de leur maison et utiliser leurs sanitaires. Nous les suivons jusqu’à « Johnsons Way», allons d’abord manger à l’hôtel plus haut mais après, elles ne sont pas là, alors on décide d’aller au camping de Williamsonlake, à Revelstoke. Un gars de Stuttgart tient le camp (parti d’allemagne depuis 20 ans !).

Jeudi 3. 09 : Le lendemain, tour de ville et départ pour l’ouest : pour Vernon, en passant par « The last Spike » (petite pluie et pas chaud !). A Vernon : on passe au Visitor Center qui indique le Dutch’s Campground de Kalamalka lake. On visite une « orchard » (Davidson’s orchard), achetons fruits et cidre. Petite ballade au bord du lac de nuit : des jeunes se baignent. Je trempe juste les pieds.

Vendredi 4. 09 : Le lendemain : O’Keefe Ranch. Nous avons cru y voir de la peinture : nada : il s’agit d’un ranch établi par des « overlanders ». (Giorgia O’Keeffe est américaine et prend 2 f !!!). Mansion house, style victorien avec des meubles magnifiques importés du monde entier : parloir, boudoir, fumoir, grand salon …etc Un instrument de musique avec disque perforé (plus que 4 au monde, dont un à Zurich).

432

L’histoire du maquillage est racontée superbement par Herbert (en costume d’époque, originaire de Belgique, alternant toutes les langues…). Poudre d’argent et cire : très toxique : les visages étaient complètement abimés ; plus tard poudre de riz et cire. Avec la soirée au coin du feu « on perd la face » : tout coule alors elles prenaient un petit paravent en forme de drapeau pour se cacher derrière. Avec le riz, gros problème : le craquèlement, donc interdit de rire sinon « you break your face » ! Le « general store » expliqué par une lady en costume aussi cache des trésors dont nous devons inventer l’usage. Aspirateur à pompe (pour Detlef), chaufferette à pieds, immense moulin à café, sirop pour la toux à l’opium… Detlef s’achète des « gummibär ». Jolie église pour les mariages, sellerie (un vrai cowboy capable de fabriquer des selles de A à Z) poterie, où j’achète un « pie bird » ! Ah, j’oubliais la classe d’école et les règles pour la maîtresse. Nous avons passé un super moment sur ce ranch. La maintenance intacte de la maison de maître a été seulement possible car le don au pays a été fait à la condition qu’aucun objet ne soit enlevé…

486479

Un petit bout de route et nous nous retrouvons à Kelowna, au Westbay Camping au bord du lac Okanagan, cher et pas très sympa. Comme nous sommes à Okanagan Valley : nous faisons un bon bout à pied pour aller déguster les vins canadiens : intéressant, surtout le « Icewine » servi avec chocolat noir (goût du vi avant et après chocolat…) Nos voisins de camping nous prêtent leur grill pour griller nos « kebabs » (=brochettes). Ils proposent de faire la route par Kamloops (ce qui nous avait été déconseillé avant… et nous obligerait à revenir en arrière) car par Merrit : « there is nothing to see ».

Samedi 5. 09 : Avant de nous engager, nous passons par Kelowna : Marina pour prendre notre premier café, tour de ville. Visite de hambleton galleries où le galeriste, Stewart Turcotte, nous fait faire la connaissance de quelques artistes canadiens : Daphne Odjig, native, vielle dame de 90 ans qui l’a invité pour son anniversaire, Robert Genn (allait avec ses amis pêcheurs et peignait toute la journée), Karel Doruyter (arbres en relief)… Nous achetons le livre signé de Daphne Odjig : on ne peut en tout cas pas se payer une de ses œuvres (40.000 Can$ !).
Nous repassons le pont et prenons la « connection road » pour Merrit : cette route est fantastique et on arrive sur les « Grass Lands » avec le bruissement caractéristique de ses trembles (Aspentree). J’ai repéré un camping au bord d’un lac : Nicola Lake, Provincial Park Monk. Il y a une ambiance de pluie au loin et une lumière rare au coucher du soleil. Vite l’appareil photo et voici un bel arc-en-ciel sur des collines brunes et ocres et le lac bleu-gris. Nous nous rendons à l’amphithéâtre car un cinéma open-air est prévu pour ce soir avec pour titre : Ghost stories et cartoons. Le « Host » (voluntary) du camping est à l’œuvre, car en fait les ghosts stories sont racontées par lui-même de manière magistrale (don d’acteur !) devant un public d’enfants ébahis. Nous nous sommes accrochés pour comprendre, surtout l’histoire des « pit toilets et flush toilets » ou celle du « Viper-Whiper » ou encore celle des « mineurs cannibales ». Les cartoons, avec connotation protection des parcs (contre les feux surtout) étaient ok. La nuit l’était moins : on se les ait gelés ! brrr. Il a fallu rajouter des couches…

Dimanche 6. 09 : Le lendemain à Merrit : Petit déj. Au saloon : cowboys présents car il y a « fall fair » et rodéo aujourd’hui. On va jeter un œil. Aussi vieilles machines et autos. Notre route se poursuit sur Lytton et Lillooët : « The little nugget of BC ». Partout des blocs de jade polie dans la ville et … un resto grec : super bien mangé. Le camping « Fraser cove » près du vieux pont de vois (sur lequel niche un « ospray » ?) est simple.

Lundi 7. 09 : Départ pour le lac Thyoughton et le Resort Tyax, bonjour la route ! Elle suit la Bridge River puis le lac Carpenter ; juste avant, un air de creux du Van, en fait une mine (d’or ?) en exploitation. On traverse des réserves indiennes. Beaucoup de chutes de pierres sur la route seulement très partiellement goudronnée. Une très grosse pierre laisse une cabosse à notre pot d’échappement. Un coyote traverse la route, un deer montre ses bois.

Coyote ausschnitt

Une halte à un feu rouge : en fait un feu avec lequel on peut s’entretenir : il y en a pour 10 minutes, d’où venez-vous, etc, car ce sont ici des personnes, généralement des femmes indiennes qui remplissent cet office ! Enfin à Tyax Mountain Resort : magnifiquement tranquille : vite du café et un lunch sur le pouce dans notre chambre ; plus tard : sentier découverte au bord du lac : une jolie ballade avec panneaux informatifs. Le « dinner » des steaks mega épais et méga bons : faut se laisser faire ! Bonne nuit. Le lendemain « forester trail » et supplément : « Gold panning ». Heureusement avec bâtons walking : descente jusqu’au fond du canyon avec plein d’arbres en travers. Les forêts sont laissées à elles-mêmes. Les troncs morts sont aussi utiles (pour les pics, les insectes, etc) : l’arbre vit après sa chute ! A propos, à mi-chemin, le coin castors n’est pas triste. « crac » : on ne les voit pas, ils ont donné l’alarme : Au retour, un passage au jacuzzi en plein air : mmh. Dinner : mmh ! Le soir, on scrute le parc mais pas d’ours. Les seuls autres hôtes du Tyax viennent (bien sûr) de Zurich ! On a discuté à bâtons rompus de l’école Milchbuck, du Hardbrück etc etc. Le serveur demande s’il aurait dû mettre une table à 4 ? Non nous ne nous connaissions pas !

Mercredi 9. 09 : Pour rentrer sur Whistler, on aurait voulu prendre le raccourci Gold Bridge – Pemberton : route mauvaise mais faisable avec notre gros 4×4. Le fait que, s’il arrive qqchose, on n’est pas assuré (car pas sur une Highway !) nous fait renoncer. Alors : Lillooët : juste avant l’embouchure de Bridge River dans Fraser, nous nous arrêtons pour un hot-dog, observons les saumons au repos dans une crique sans courant et Detlef discute avec un indien qui organise des tours de pêche et en apprend sur les réserves alentours. Après : enfin Whistler : super joli, agréable, prêt pour accueillir les jeux d’hiver 2010. On va remplir nos « mugs » au Starbucks. On décide de se rapprocher le plus possible de Horseshoe Bay et dormons au Campground de « Porteau Cove », déjà sur le pacifique !

Jeudi 10. 09 : Hop sur le ferry après avoir cherché nos cafés (moi), Detlef ramène 2 pains à la cannelle à la crème, passés au micro-ondes : impossibles à manger mais super bons ! (Detlef fait des traces dans la crème avec sa moustache… !) Nous sortons à Nanaimo et faisons une petite virée par la marina et ensuite, route vers le sud. Dancun : la cité des totems, il y en a partout.
Après nous arrivons sur Victoria et réservons notre place au « Fort Victoria » camping avant de nous rendre en ville. La faim nous tient et nous cherchons « Il Terrazzo », un peu caché (resto qui nous avait été indiqué par des gens de Victoria rencontrés au Tyax) : c’est bon. Zut une amende : on s’est trompé de parcmètre : on la fera sauter au City Hall : les victoriens ne veulent pas que les touristes gardent un mauvais souvenir de leur ville !!! Je veux encore passer par le « Bay Center », complexe de grands magasins. On rentre : très élégant, tout neuf, avec une horloge à la « big ben » ; ce qui nous frappe : pratiquement pas de clients, la crise économique est encore bien réelle. Il y a aussi un « free » bus : on se repose les pieds pour aller récupérer notre « pathfinder » derrière le palais du gouvernement. On se fait un tour par les côtes, bordées de supers petites maisons et occupées par grand nombre de greens c’est-à-dire de terrains de golf. Plus tard encore, une dernière bière dans un pub sur les quais avant de se perdre un peu pour retrouver le camping.

Vendredi 11. 09 : Nous décidons de faire un bout de la côte sud jusqu’à Sooke, trouvons un coin de promenade pour déjeuner tranquille. Deux hydravions (floatplanes) amerrissent tout près et prennent en charge un groupe pour une excursion. Nous passons au tourist center de Sooke : jolie exposition avec panier tressé avec des grandes algues : je les avais vue tout au début du voyage sur la plage de Port Hardy… ! Des bois taillés par des « natives » attirent mon attention : nous achetons le « Raven ». Retour pour se rapprocher de Swartzbay. Nous passons par les Butchards gardens prisés dans tous les catalogues touristiques : c’est super cher, nous n’avons pas assez de temps, nous renonçons et préférons poursuivre sur Sidney, très agréable petit port fleuri. Nous y mangeons des « crabcakes » en laissant flâner notre regard sur l’océan. J’ai choisi de prendre l’autre liaison ferry car elle sinue entre les Gulf Islands pour arriver à Tsawwassen Vancouver : un passage magnifique et la vue sur Mont Backer (USA) : d’ailleurs on a passé un bout sur les states : psst ! Depuis l’arrivée sur terre ferme, nous traversons tout Vancouver, en passant par Richmond et le quartier Staveston : nous sommes dans le delta Fraser à la pointe et vivons un super coucher de soleil en piqueniquant. Après il faut juste suivre Granvillestreet pour arriver au Ramada, un peu exténués.

Samedi 12. 09 : Voici notre dernier jour avec un peu de stress pour refaire nos bagages. Nous décidons de repasser par Robson square et au marché de Granville Island qui nous avait tellement plu. Voilà, nous sommes à l’aéroport, rendons notre voiture : encore quelques palabres à cause du contrat…mais enfin tout est en ordre. J’écris mes dernières cartes devant l’immense composition statue (de jade ? en fait traité comme si). Nous survolons Vancouver et passons une très courte nuit au-dessus des glaces. Amsterdam, Zurich : Chouette, Sonja nous attends à l’aéroport…